Plan du siteDocumentationNouvellesLes activitésNous joindre
COVID-19À propos de nousCampagne 2020Vos investissements Devenez bénévole


Surmonter l’itinérance pour aider les autres




Travis est passé de l’itinérance à l’université. Il aide maintenant d’autres gens à remettre leur vie sur le bon chemin.

«Devenir sans-abri était vraiment stressant. La première fois que je me suis retrouvé sans nulle part où aller, j’ai passé la nuit sur le rivage d’un lac de mon voisinage. Je ne savais pas quoi faire d’autre.


Tout a commencé quand j’avais 15 ans. Les policiers m’ont retiré de la maison familiale un jour où les choses ont mal tourné. Je dormais ici et là chez des amis, mais par chance, je n’ai eu à passer que quelques nuits à l’extérieur.
Les choses ne se sont pas améliorées après avoir obtenu mon diplôme d’études secondaires; en fait, elles ont empiré. J’étais toujours en colère et je me sentais blessé. J’ai traversé le pays sur le pouce, commencé à prendre de la drogue et vécu dans la rue.


Mais en 2015, on m’a offert la chance de retourner à la maison et de me sevrer. Quelques mois plus tard, on m’a accepté dans un programme de logement de transition s’adressant à d’anciens toxicomanes. Il y avait beaucoup de règles strictes, mais j’avais des comptes à rendre, peut-être pour la première fois de ma vie. J’ai commencé à faire tout ce que je pouvais pour ne pas retomber dans mes anciennes habitudes, comme faire du bénévolat dans un jardin communautaire.


Aujourd’hui, j’étudie en informatique à l’université et je travaille à temps partiel dans un refuge pour sans-abri de ma localité. Je me souviens de mon passage dans différents refuges, où j’éprouvais des difficultés à me lier au personnel. Le fait d’y travailler me donne l’occasion d’être cet employé avec qui les gens se lient. C’est une expérience très enrichissante que d’être en mesure de m’identifier aux gens et de parler des vraies choses avec eux.


Lorsque j’étais au plus bas, je marchais dans les rues et les passants faisaient comme si je n’existais pas. Aujourd’hui, des gens traversent la rue simplement pour me saluer. J’envisage d’obtenir mon diplôme, puis je pense me rendre à la maîtrise. J’aimerais aussi m’impliquer davantage dans le réseau des refuges de ma ville.



Je veux que les gens comme moi sachent que les choses peuvent s’améliorer. Il y aura toujours des gens qui seront là pour vous, il faut simplement s’ouvrir et leur permettre d’entrer. » —Travis



Daniel et ses collègues travaillent avec Centraide pour aider leurs voisins


«Je pense qu’il est important de redonner, mais ce n’est pas qu’une question d’argent, il s’agit aussi de s’investir personnellement.


Tous les ans, la société de service public où je travaille organise une campagne Centraide à l’échelle de l’entreprise s’étendant à toutes nos sociétés affiliées. Depuis 2009, je donne mon temps comme bénévole dans le cadre de la campagne de la société. Deux éléments m’y plaisent vraiment. Le premier est que le comité se rassemble comme une famille. Le deuxième est que Centraide est fermement enraciné dans toutes nos communautés. C’est important pour moi. Centraide reflète mes valeurs et j’ai le sentiment que c’est un organisme vraiment important à soutenir.


Dans mon travail quotidien, je dirige une équipe d’un centre d’appels qui répond aux demandes de clients provenant de l’ensemble de la Nouvelle-Écosse. Une des situations les plus difficiles auxquelles je fais face est de travailler auprès de clients qui éprouvent des difficultés à payer leurs factures d’électricité. Je me souviens d’un cas en particulier où deux clients âgés ont communiqué avec nous. Ils habitaient en milieu rural et leur unique source de revenus était leur pension mensuelle.


J’ai pu les mettre en contact avec un autre organisme local qui les a aidés à trouver des fonds pour rétablir leur compte et à concevoir un plan financier pouvant leur convenir.


En l’espace de deux ans, ce plan les a aidés à rembourser leurs dettes et à vivre de façon autonome dans leur propre maison.
Je suis fier d’avoir pu les aider, et c’est ce genre de chose que j’encourage mon équipe à faire par le biais de notre campagne Centraide. Si l’un d’eux veut aider la communauté, je l’aide à y parvenir.» — Daniel